L’examen médical par la palpation du pouls et du corps

L’examen médical par la palpation du pouls et du corps
9 juin 2017 No Comments Non classé Limashen

L’examen par la palpation 

1) Formation
La formation des pouls dépend de plusieurs paramètres, essentiellement :
− L’activité fonctionnelle des Organes et Entrailles, qui impriment aux pouls des caractéristiques identifiables.
− L’Energie fondamentale (Zong Qi) qui contrôle l’impulsion et la régularité du rythme cardiaque.
− L’Energie de l’Estomac (Wei Qi) qui représente la part constitutive la plus importante, car l’Estomac est la source de nourriture pour l’ensemble des Organes, Entrailles et tissus du corps.
− Le Qi et le Sang, car les pouls sont formés par la rencontre de deux forces complémentaires : le Qi des Vaisseaux (Mai Qi), de nature Yang, et la masse du Sang, de nature Yin.
2) Intérêt de leur palpation
Parce que la formation des pouls est directement liée à l’activité viscérale, au Qi et au Sang, leur palpation permet de recueillir des informations essentielles sur la nature et la localisation des maladies.
Les caractéristiques des pouls évoluent rapidement. Certains aspects peuvent changer en quelques instants.
De ce fait, il est intéressant de suivre l’évolution d’une pathologie en utilisant la palpation des pouls. Cette étape de l’examen clinique est essentielle pour établir un pronostic.
De plus, c’est une méthode d’investigation rapide (elle ne demande que quelques minutes) qui donne des informations très synthétiques.
Enfin, tous les tableaux cliniques classiques de la médecine traditionnelle chinoise comprennent, dans leur description, les caractéristiques des pouls.
Localisation
On distingue principalement trois catégories de localisation : la méthode des trois divisions et des neuf emplacements (issue du Nei Jing), la méthode des trois divisions (issue du Shang Han Lun) et la méthode des pouls radiaux (la plus universellement utilisée).
a) Pouls des trois divisions et des neuf emplacements
Cette méthode repose sur la palpation de neuf emplacements, répartis en trois zones principales. Elle est originellement issue du chapitre XX du Su Wen : «Traité des trois divisions et des neuf emplacements».
Le Su Wen fait référence à la division classique de l’Univers en trois aspects : Ciel, Terre et Homme.
«Un, c’est le Ciel, deux, c’est la Terre, trois c’est l’Homme. A partir de ces trois, trois fois trois font neuf, qui représentent neuf zone périphériques (Jiu Ye). Donc l’Homme comprend trois divisions (San Bu) et chaque division comprend trois emplacements qui permettent de déterminer (un pronostic) de mort ou de vie, de contrôler les cent maladies, de régulariser les Vides et les Plénitudes et d’éliminer les perversités morbides» Su Wen, 20.
Les neuf emplacements et leurs correspondances
Division, Emplacement, Localisation anatomique, Correspondance
Division supérieure (tête)
Emplacement du Ciel Tai Yang, artère frontale. Qi de la Tête et du Cerveau rouges.
Emplacement de la Terre 3 E, artère faciale. Qi de la Bouche et des Dents.
Emplacement de l’Homme 21 TR, artère préauriculaire. Qi des Oreilles et des Yeux.
Division médiane (membres supérieurs)
Emplacement du Ciel 8 P, artère radiale «bouche du pouce», Qi du Poumon.
Emplacement de la Terre 4 GI, première interosseuse de la main, branche de l’artère brachiale. Qi de l’intérieur de la poitrine (Xiang Zhong).
Emplacement de l’Homme 7 C, artère cubito-palmaire. Qi du Coeur.
Division inférieure (membres inférieurs)
Emplacement du Ciel 10 F, artère honteuse externe. Qi du Foie.
inférieure ou 3 F, première artère métatarsienne dorsale. Qi du Foie.
Emplacement de la Terre 3 Rn, artère tibiale postérieure. Qi des Reins.
Emplacement de l’Homme 11 Rte, artère crurale ou 42E, artère pédieuse. Qi de la Rate (et de l’Estomac).
b) Pouls des trois divisions
Citée par Zhang Zhong Jing dans le Shang Han Lun, cette méthode consiste à palper les pouls de trois
endroits :
− Le point Ren Ying (9 E), sur la bifurcation de l’artère carotide.
− La «bouche du pouce» ou Cun Kou, sur l’artère radiale.
− Le point Fu Yang (59 V), sur l’artère péronière.
Dans cette méthode, il a été ajouté le point Tai Xi (3 Rn), localisé sur l’artère tibiale postérieure. Le principe général consiste à examiner et à comparer les Energies de l’Estomac, des Reins et des douze Méridiens. Cette technique n’est plus guère utilisée de nos jours.
c) Pouls radiaux
La technique consistant à palper les pouls au niveau des poignets (artère radiale) est très ancienne et se rencontre dans de nombreux systèmes médicaux traditionnels. En Chine, elle fut décrite dans le Nei Jing, dans le Nan Jing, et largement développée dans le Mai Jing de Wang Shu He. Elle s’est enrichie et précisée au cours du temps, et reste aujourd’hui une méthode de diagnostic essentielle en médecine chinoise.
Emplacements
On palpe les pouls au niveau de la «bouche du pouce» (Cun Kou), sur l’artère radiale et au niveau des poignets. On distingue trois sections : la «barrière» (Guan) au niveau de la styloïde radiale, le «pouce» (Cun), situé juste à côté, en direction du pouce, et le «pied» (Chi) ou «coudée», de l’autre côté de la barrière, vers l’avant-bras. Comme il y a deux poignets, cela fait six emplacements, ou douze si l’on tient compte du fait que les pouls en superficie et en profondeur ont des attributions différentes.
Correspondances et attributions de chaque emplacement:
Selon les époques et les traités de référence, les correspondances entre les Viscères et les différents secteurs du pouls présentent des variations.
Il existe une correspondance fréquemment utilisée en Occident, bien qu’elle ne soit citée par aucun des textes classiques de référence sur les pouls. Il semble qu’elle dérive d’une interprétation imprécise de certains traités anciens, adaptée par des Occidentaux pour leur pratique de l’acupuncture, différents auteurs la reprenant les uns après les autres. Cette correspondance n’est pas utilisée en Chine et nous ne la citons qu’à titre d’information :
Gauche: Coeur (Intestin grêle) Foie (Vésicule biliaire) (Barrière)Reins (Vessie)
Droite: Poumon (Gros intestin) Rate (Estomac) Reins (Ming Men)
Technique de la prise du pouls
• Moment idéal
Le moment le plus approprié pour prendre les pouls est le matin au réveil. «Le diagnostic doit être fait à l’aube. Quand le Yin n’est pas agité, quand le Yang n’est pas dispersé, quand aucune nourriture n’a été absorbée, quand les Méridiens ne sont pas encore emplis et que les ramifications sont en équilibre, quand le Qi et le Sang ne sont pas dérangés, alors on peut examiner les défauts des pouls» Su Wen, 17.
Dans la pratique, il est difficile de respecter ces impératifs. A défaut, il faut savoir que certains moments sont peu propices au diagnostic par les pouls :
− Après un effort physique.
− Après avoir transpiré.
− Après avoir mangé ou bu.
− Après des rapports sexuels.
− Après une émotion importante.
− Après avoir eu très chaud ou très froid.
− Après avoir fumé.
D’autre part, il faut savoir qu’un certain nombre de médicaments modifient les pouls.
• Position du patient
Le patient peut être en position assise ou allongée. En position assise, face au praticien, on lui demande de poser son avant-bras sur une table, le poignet légèrement surélevé par un coussinet. En position On palpe les pouls au niveau de la «bouche du pouce» (Cun Kou), sur l’artère radiale et au niveau des poignets. On distingue trois sections : la «barrière» (Guan) au niveau de la styloïde radiale, le «pouce» (Cun), situé juste à côté, en direction du pouce, et le «pied» (Chi) ou «coudée», de l’autre côté de la barrière, vers l’avant-bras.
Comme il y a deux poignets, cela fait six emplacements, ou douze si l’on tient compte du fait que les pouls en superficie et en profondeur ont des attributions différentes.
allongée sur le dos, le patient place ses bras le long du corps, paumes tournées vers le ciel, sans tension excessive. On fait parfois fléchir légèrement le coude du patient. Le poignet ne doit pas être placé plus haut que le Coeur.
Il est important que le patient soit dans une position confortable, quelle que soit la méthode employée.
• Position des doigts du praticien.
Assis en face du patient, le praticien palpe le poignet droit avec sa main gauche, ou le poignet gauche avec sa main droite. Il place son majeur sur la barrière, puis son index et son annulaire respectivement sur le pouce et le pied. Les trois doigts doivent être alignés, légèrement arqués. La pression doit s’exercer avec la pulpe des doigts, de telle sorte que les ongles n’appuient pas sur la peau du patient. L’écartement des doigts est déterminé par la taille du patient. S’il est de même taille que le praticien, les trois doigts se touchent légèrement.
Lorsqu’on palpe les pouls d’un bébé ou d’un jeune enfant, on utilise seulement le pouce à la place des trois doigts, car l’emplacement du Cun Kou est trop étroit.
• Pression.
La pression des doigts varie au cours de la palpation. On distingue trois étapes :
− Elever
La pression est modérée, il s’agit du contact minimum pour percevoir la pulsation. On emploie les termes Ju (s’élever), Fu Qu (pression flottante) ou Qing Qu (pression légère). Selon le Zhen Jia Ling Yao, ce niveau de pression permet de percevoir l’état de la peau, du Yang, des Entrailles et, parmi les Organes, du Coeur et du Poumon (tout ce qui est Yang).
− Presser
La pression est forte, jusqu’aux Tendons et aux Os. On emploie les termes An (presser) ou Chen Qu (pression profonde). Selon le Zhen Jia Ling Yao, ce niveau de pression permet de percevoir l’état des tissus profonds, du Yin, des Organes, plus particulièrement du Foie et des Reins (tout ce qui est Yin).
− Chercher
La pression n’est «ni légère, ni lourde» (Bu Qing, Bu Zhong). On emploie les termes Xun (chercher) ou Zhong Qu (pression moyenne). Selon le Zhen Jia Ling Yao, ce niveau de pression permet de percevoir l’état du Sang et des Chairs, de la communication entre Yin et Yang, et de la Rate et l’Estomac.
• Durée de la palpation
Elle est au minimum d’une minute par poignet. Il est parfois nécessaire de prendre les pouls des deux côtés en même temps, afin de les comparer ou de revenir au premier pouls palpé pour mieux mémoriser la perception, surtout lorsqu’on débute.
Philippe Avril
 

Formation des pouls et intérêt de leur palpation
Tags
About The Author

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller à la barre d’outils